TOUT SUR LE THÉ

TOUT SUR LE THÉ

Classé dans : Cocooning | 2

Aujourd’hui, je vous raconte tout sur le thé : d’où provient le thé, les différents types de thé, comment bien le choisir et le préparer.

Si c’est la boisson la plus bue au monde après l’eau, et la plus simple à faire, de l’eau chaude et du thé, cette boisson regorge de variétés et de saveurs différentes. Mais je vais tout vous expliquer pour vous éviter de vous y perdre !

La plante, le théier

Tous les thés, thé noir, thé vert, thé blanc, thé oolong, thé fumé…proviennent de la même plante, le théier, ou le Camellia sinensis, arbuste d’extrême-orient de la famille des Théacées (ça peut se placer en soirée pour avoir l’air d’un connaisseur !) . La cueillette des feuilles et des bourgeons est encore le plus souvent manuelle.

                                                                                        

 

 

Tout autre plante que vous pouvez infuser dans l’eau n’est pas du thé, même si dans le langage courant on utilise ce terme.

Ainsi, le roobois, pourtant appelé « thé rouge » n’est pas du thé. Le Rooibos bush est une plante qui appartient à la famille des légumineuses qui pousse en Afrique du sud. Il ne contient donc pas de théine.

La maté, lui est originaire d’Amérique du sud et provient de la plante le yerba mate. Il contient de la caféine.

Un peu d’histoire

Pour en revenir au thé, le théier Camellia sinensi serait originaire de la région montagneuse Yunnan en Chine. Il y est cultivé et consommé depuis l’antiquité. Vers le VIème siècle, il commence à être exporté vers les autres pays asiatiques. Ce n’est qu’au XVIIème siècle qu’il sera importé en Europe par les hollandais, la Compagnie des Indes orientales puis réimplanté dans de nouvelles régions. Il fut l’objet d’un guerre économique importante.

 

 

Les légendes du thé

Selon la légende chinoise, l’histoire du thé débute en 2737 avant notre ère : l’empereur Shen Nung, se reposant à l’abri d’un arbre, fit bouillir de l’eau pour se désaltérer. Une légère brise agita alors les branches de l’arbre, quelques feuilles tombèrent dans l’eau et lui donnèrent une couleur ambrée et un parfum délicat. L’empereur gouta cette eau parfumée et s’en délecta. L’arbre était un théier sauvage, le thé était né.

La légende indienne raconte elle que le prince Dharma, alors qu’il voyageait en Chine afin de prêcher les préceptes du bouddhisme, fit veux de ne pas dormir durant les neuf années de son périple. Cependant, à la fin de la troisième année, alors qu’épuisé il s’apprêtait à succomber au sommeil, il cueillit quelques feuilles d’un arbre et les mordit. L’arbre était un théier. Se sentant rapidement ragaillardit par leurs vertus tonifiantes, le prince Dharma récolta d’autres feuilles et puisa dans leurs vertus la force de rester éveillé durant les dernières années de son voyage.

La légende japonaise est un peu différente. Le prince Dharma, épuisé, s’endormit après trois années de périple. A son réveil, honteux de sa faiblesse, il se coupa les paupières et les jeta à terre. Revenant quelques années plus tard au même endroit, il constata qu’un arbre qu’il n’avait jamais vu auparavant poussait à l’endroit même ou il avait jeté ses paupières. Intrigué, il en goûta les feuilles et se rendit compte qu’elles avaient la propriété de lui permettre de tenir ses yeux ouverts. L’arbre était un théier. Il en parla dans son entourage et l’on prit alors l’habitude de cultiver le thé aux endroits où il passait.

 

Les différents types de thé

Les feuilles de thé (et parfois le bourgeons), une fois cueillies vont être travaillées, séchées, transformées de différentes façons ; d’où la variété de thés qui existent, chacun ayant une saveur et des bienfaits différents (même s’ils sont tous antioxydants)

  • Le thé vertC’est un thé non oxydé. Immédiatement après sa cueillette, Il est torréfié. il est ensuite roulé puis séché. Il contient une grande quantité de catéchines et d’isoflavones (toujours pour ce la raconter en société !), ce qui lui confère un grand pouvoir antioxydant. C’est le thé que j’apprécie le moins en fait, et le préfère donc aromatisé.
  • Le thé noirCe thé est quant à lui oxydé jusqu’à son terme. Sa saveur est plus prononcé. Il serait bon pour tout le système cardiovasculaire car il stimule le cœur et protège les parois internes des artères. C’est mon thé du matin.
  • Le thé blanc : Il est celui qui subit le moins de transformation, seulement un flétrissage et une dessiccation (séchage) , C’est un thé resté à l’état naturel. Le thé blanc est réalisé à partir du bourgeon de la plante Il est une spécialité chinoise de la région du Fujian. Il est encore plus antioxydant que le thé vert et a faible teneur en théine (notamment due à sa durée d’infusion, mais on y reviendra !). Il a une saveur délicate et certains peuvent avoir des arômes fleuris.
  • Le thé jauneD’origine chinoise, c’est le plus fin et souvent le plus rare des thés. Ils subit une légère fermentation à l’étouffée et les feuilles ne sont pas travaillées. Seuls les bourgeons duveteux sont utilisés. Encore plus rare que le thé blanc ! Celui que j’ai goûté avant de rédiger l’article (si ce n’est pas de l’investigation !) avait des arômes de miel. Et oui, son prix est justifié ! 
  • Le thé OolongAussi appelé Wulong, ou thé bleu-vert pour sa couleur, est un thé dont l’oxydation a été interrompu en cours de processus. Il sera plus ou moins oxydé selon son origine chinoise, taïwanaise ou thaïlandaise. Il a un goût naturellement fruité.
  • Le Pu Erh : Le Pu Erh est obtenu grâce à un procédé de sudation qui entraîne une fermentation non-enzymatique (Çà va, je ne vous ai pas perdu ?). Il est compressé et vieilli (comme un vin grand cru !). Aussi très antioxydant, il a une faible teneur en théine.
  • Le thé fumé : C’est un thé noir qui est fumé. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, sa saveur est douce.

Il existe des classifications de thés, des grades, qui dépendent de la taille de la feuille, notamment pour les thés noirs (la feuille du thé vert et du thé Oolong est généralement entière) . Ce qu’il faut retenir, c’est que plus la feuille est entière, plus le thé sera délicat et rare ! Des feuilles broyés ou brisées donnent un thé souvent plus corsé et une infusion plus colorée. C’est pour ça qu’il est préférable d’acheter son thé en vrac, ce qui permet au thé d’avoir une saveur plus douce et subtile.

La gamme aromatique des thés varient également en fonction de leur région ( Le Darjeeling thé noir d’Inde, le Ceylan thé noir du Sry Lanka, le Gunpower thé vert de Chine, le Sencha thé vert du Japon…).

Ainsi, sans avoir besoin d’acheter des thés parfumés, vous pouvez trouver des thés natures avec des saveurs différentes tellement les variétés et les origines sont nombreuses !

La préparation du thé

Vous allez me dire : c’est simple de l’eau chaude, on laisse infuser et on boit.

C’est possible mais seulement vous passerez à coté des saveurs subtiles et délicates des différents thés voir même vous pouvez vous retrouvez avec un thé acre et amer.

Cependant, pas besoin de faire la cérémonie du thé comme au Japon, à chaque fois que vous en buvez !

L’eau ne doit jamais bouillir. Chaque thé a une température et un temps d’infusion propre qui lui permet de développer ses arômes au mieux. Vous trouverez les indications sur votre sachet de thé ou auprès de votre vendeur. Mais voici un petit tableau récapitulatif :

Type de thé  Température de l’eau  Temps d’infusion
thé blanc  70° C  5 à 20 min
thé vert  70 à 75° C  2 à 4 min
thé vert japonais  40 à 80° C selon la qualité  1 à 3 min
thé noir  95° C  3 à 5 min
thé Oolong  95° C  5 à 7 min

 

 

 

 

 

 

Plus le temps d’infusion est court plus la teneur en théine est importante (la théine, c’est la même molécule que la caféine, mais le thé à droit à son propre terme !). La théine se diffuse lors de la première minute d’infusion. A partir de la troisième minute d’infusion ce sont les tanins qui ce libèrent et ces dernier vont neutraliser la théine une fois absorbée.

Ils est possible de faire infuser jusqu’à 3 fois les feuilles de thé. La teneur en théine sera ainsi diminuée et vous aurez de nouvelles saveurs. En plus, vous rentabiliser votre achat (et non, ce n’est pas de la radinerie), surtout si vous buvez un thé rare et cher !

Donc faites vos expériences, en infusant plus ou moins longtemps votre thé.

Je me suis équipée d’une bouilloire dont on peut régler la température et d’un minuteur. Ça m’évite de trop réfléchir !

Quelle théière utilisée ?

Il existe des théières en fonte, en faïence, un verre, en inox. Je vous dirais peu importe. Elles diffèrent surtout du fait qu’elles conservent plus ou moins bien la chaleur. Vous pouvez y faire infuser différents types de thés. Par contre, avec une théière en terre cuite, il convient de n’utiliser qu’une théière par type de thé car elle a « la mémoire du thé ».

La mienne est en fonte  (ça conserve mieux la chaleur) et vient de chez Nature et Découvertes

Thé blanc

Et dans une tasse ? Vous trouverez pleins de filtres pour y déposer vos feuilles de thé. J’utilise bêtement le filtre de ma théière qui tient dans ma tasse et laisse les feuilles s’épanouirent.

 

 

 Ou acheter son thé ?

Le Thé des Muses

Partout ! Mais le mieux est de l’acheter en vrac

Un thé de qualité se reconnait déjà par ses feuilles qui sont plutôt entières et non brisées en minuscules morceaux comme dans certains sachets de thé. En plus, c’est moins de déchets et donc plus écolo !

Je vous conseille d’aller dans une boutique spécialisée en thé, surtout si vous souhaitez vous lancer dans la dégustation de thés plutôt rares, des grands crus. Ainsi, vous pourrez échanger avec le vendeur qui vous proposera le thé qui correspond à votre goût, au moment où vous le déguster et vous donnera toutes les indications pour le préparer. Et vous pouvez le sniffer (ça peut être une forme de drogue le thé !). Si vous souhaitez déguster des thé aromatisées, ils préparent des compositions naturelles (voir un vrai morceau de poire ou de mandarine infusée dans sa tasse, c’est quand même mieux que des arômes artificiels !).

Concernant le prix, vous pouvez en trouver dans toutes les gammes (le thé jaune reste le plus cher). Mais à 7 € les 100 grammes, vous pouvez déjà déguster un excellent thé. Je parle ici, du vrac, bien moins cher qu’un thé en sachet. Par exemple, avec le prix au kilo de la célèbre marque de « tea », qui n’a souvent que le nom, mais pas le thé à l’intérieur et qui fait devenir un yogi, vous aurez des thés en vrac de qualité supérieur.

Pour les plus connus, Dammann frères, Mariage frères (le thé c’est une affaire de famille !), Le Palais des thés proposent des thé de qualité mais ce n’est pas exhaustif ! Il y a a pleins de belles boutiques en ville ou sur internet.

 

Pour les Strasbourgeois, j’ai un coup de cœur pour la boutique Le Thé des Muses qui est devenu mon fournisseur officiel ! 

On y trouve d’excellents thés naturels ou aromatisés mais aussi des infusions en tout genre; l’accueil est agréable et ils donnent de très bons conseils. J’adore leur thé Yunnan Bio, un thé noir que je bois le matin et leur thé blanc Bai Mu Dan Bio. 

Thé jaune et tarte crumble aux pommes

La boutique est aussi un salon de thé chaleureux. Cela permet de découvrir leurs thés en dégustant une bonne tarte. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonne dégustation !

Aurélie

2 Responses

  1. Bonjour,

    Article très complet et très intéressant! Je bois du thé tous les jours mais je ne savais pas qu’il en existait autant de différent. Je suis très intriguée par le thé jaune, c’est à essayer au plus vite 🙂

    • J’espère que tu auras l’occasion de goûter un thé jaune. C’est vraiment exceptionnel ! Très différent des autres thés par sa douceur

Laissez un commentaire