Zéro déchet : je ne suis pas parfaite (mais je sais où vont mes déchets) !

Zéro déchet : je ne suis pas parfaite (mais je sais où vont mes déchets) !

Classé dans : Green, Quelques mots sur moi | 4

J’aime faire les choses à l’envers et avant de vous expliquer ma démarche zéro déchet, je vais vous expliquer ce que je n’ai pas envie d’abandonner même si je sais que ce n’est pas très écolo.

Je suis une écolo convaincue et j’essaie de mettre ma philosophie en pratique dans mon quotidien. Je n’ai pas de voiture et je me déplace en vélo ou en transport en commun ; je trie mes déchets ; j’achète mes fruits, légumes et crèmerie le plus souvent au marché (bio) ; j’achète le maximum de produits en vrac ; j’essaie de cuisiner le plus souvent ; je suis une adepte de la slowcosmétique ; je n’utilise plus de coton-tiges, de coton, d’eau en bouteille en plastique ; mes produits ménagers se composent de vinaigre blanc et bicarbonate de soude ; je n’achète que des vêtements qui me sont nécessaires (le shopping, ce n’est pas mon truc) ; j’attends que mes appareils électroménagers et électroniques ne fonctionnent plus avant d’en racheter des plus modernes ; je suis devenue végétarienne…

Donc voilà, je pense avoir une démarche zéro-déchet, écologique et éthique déjà bien avancée. Mais je ne suis pas parfaite !

Je lis dans la blogosphère de nombreux articles où le but est de ne plus produire aucun déchet. Et je me demande : comment font-ils ? Comment trouvent-ils le temps de tout faire maison, la cuisine, les lessives (plus nombreuses)…? Est-ce toujours hygiénique ?

Déjà, pour dédramatiser la production de déchets, voici quelques chiffres :

Ils sont issus du rapport de l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) de 2016 que vous trouverez en entier ici .

En 2013 en France, les déchets ménagers et assimilés (déchets produits pas les ménages, artisans, commerçants collectés par les services publics) avaient pour destination :

  • 26% : valorisation de la matière (le recyclage)
  • 16% : valorisation organique (le compostage)
  • 31% : incinération avec production énergétique
  • 26% : pas de valorisation (stockage dans des décharges/centres d’enfouissement)
  • 1% : incinération sans production d’énergie

Les déchets qui partent en décharges sont surtout des encombrants (par exemple votre ancien matelas), des gravas, tout ce qui ne peut être ni recyclé, ni brûlé.

Les déchets que vous jeter dans votre poubelle « classique » vont être incinérés. L’incinération va produire de l’énergie électrique ou thermique qui servira au chauffage urbain, aux industries…Certes, cela reste polluant (même si des contrôles sont effectués) mais vos déchets non recyclés ne sont pas complètement perdus.

Donc, 73% des déchets sont valorisés en France.

En moyenne, 75% des emballages sont recyclés (le reste repart de l’usine de tri vers l’incinérateur). Si l’on recycle 96% des papiers/cartons, le recyclage du plastique n’est pas encore optimal en France (26% seulement) pour des raisons techniques (composition) et économiques (ça coûte plus cher de recycler des « petits » plastiques que d’en produire des neufs). Mais cela devrait évoluer avec notamment le recyclage des sur-emballages, pots de yaourts… qui devrait arriver ces prochaines années (c’est techniquement possible de les trier et recycler).Par contre le PET transparent (les contenants d’Aromazone !), le PEHD et le PP sont des plastiques qui se recyclent très bien Je ne parle pas du nouveau scandale des bouteilles de lait en PET opaque non recyclables depuis peu (pour un article sur le sujet voir ici)

Evidemment, la gestion des déchets restent une industrie polluante (camions de transport, recyclage qui nécessite de l’énergie et des produits chimiques…). Le mieux est donc d’en produire le moins possible mais difficile de ne produire aucun déchet si l’on a une quelconque activité.

Donc comme je ne suis pas parfaite, voici ce dont je n’ai pas envie de me passer :

Ma brosse à dent électrique

Depuis que je suis petite, j’en utilise une. Je trouve que ça nettoie beaucoup mieux mes dents que la seule force de mon poignet. Alors oui, elle est utilise de l’électricité et est en plastique. Bon, je ne dois changer que le bout qui part à l’incinérateur. Une brosse à dent comptable ? Sauf que je n’ai pas de compost et elle partirait également dans ma poubelle.

Ma Nespresso

C’est bien l’appareil le plus anti-écolo par excellence, pur produit de la société de consommation ! Mais c’est pratique ! Je bois peu de café et je préfère l’expresso. Une capsule dans la machine et hop, c’est prêt : rien à préparer, rien à nettoyer et le café est bon. Les capsules sont recyclées donc c’est déjà ça. Ce qui me pose le plus de problème éthique, c’est la provenance du café. Il n’est pas bio et je ne connais pas les conditions de travail des producteurs. Mais tant qu’elle fonctionne, je ne vais pas la jeter. Une fois HS, peut-être que je réfléchirai à l’achat d’une machine classique à expresso.

MISE A JOUR DU 17/02/2017




Dans mon épicerie Day By Day qui propose des produits en vrac, situé à 200 m de chez moi, j'ai pu trouvé de quoi être en adéquation avec ma conscience !
Des capsules que l'ont peut recharger avec du café. 
Donc maintenant, j'achète mes grains de café que je peux moudre sur place !
Et chez moi, je n'ai plus qu'à remplir mes capsules.
Je conserve le marc du café pour un peeling beauté ou mes plantes. 
En plus, je trouve du café SATI, une entreprise
artisanale et familiale de torréfaction alsacienne, qui  sélectionne ses cafés de manière équitable, et de
surcroît, située à 2 km de chez moi !

Ma Nespresso est devenue écolo  et éthique !

Mes mouchoirs en papier

Je vois le retour des mouchoirs en tissu. Je n’arrive pas à me sortir de l’esprit que ce n’est pas très hygiénique (les médecins aussi). Mais surtout, je me mouche beaucoup. Je crois bien en utiliser entre 5 et 10 hors période de maladie. En cas de rhume ou d’allergie, j’explose le score. Et il faut les laver à 90° pour tuer les microbes. Je fais rarement de lessive à cette température. Donc je ne me vois pas faire tous les week-end, une lessive exprès et étendre (je n’ai pas de sèche-linge) ma centaine de mouchoirs. Je déteste cette corvée et je préfère consacrer mon temps à autre chose. Et si je veux acheter des mouchoirs en tissu bio en stock suffisant, l’investissement de départ devient très vite onéreux.

Mon papier toilette

J’ai lu que certaines personnes réfléchissaient à utiliser des lingettes en tissu à la place du papier toilette. Alors là, pour moi, c’est trop ! A moins de faire une lessive tous les jours, laisser traîner des lingettes souillées, c’est encore moins hygiénique que l’utilisation de mouchoirs. Et question lessive, voir le point précédent. Le problème environnemental du papier toilette est moins en aval (il se décompose dans l’eau) qu’en amont dû à sa fabrication (déforestation, pollution…). Mais il n’y a pas vraiment d’alternative satisfaisante car la douchette dans les toilettes, favoriserait la dispersion des bactéries dans l’air d’après les médecins.

Mon chat

Mon chat n’est pas entré dans une démarche zéro déchet ! Et ce n’est pas faute de lui expliquer ! Il a bientôt 9 ans et impossible de lui faire changer ses habitudes ! Monsieur aime manger ses sachets fraîcheur avec des morceaux de viandes ou de poissons. J’ai bien essayé des boites de conserve (recyclables) même bio, mais non, il les boude. Et pour les croquettes, même bien conservées hermétiquement, il n’apprécie plus quand elles sont trop éventées. Donc je suis obligée d’acheter des petits contenants. Et comme je n’ai pas de compost, sa litière part aussi dans la poubelle.

Et vous, quelles sont les produits et habitudes que vous ne pourriez changer même si vous savez que ce n’est pas écologique ?

Aurélie

 

4 Responses

  1. Merci grâce à toi je découvre les capsules réutilisables. Bon courage pour ton blog!

  2. Je ne pourrais pas non plus me passer de papier toilette. Je ne compte pas non plus me séparer de ma brosse à dents électrique pour le moment, de ma machine à laver et de bains (j’ai actuellement une baignoire mais je déménage prochainement donc on verra).

    • Je crois qu’on fait déjà beaucoup dans notre démarche écologique. Il ne faut pas qu’on se prive de certains plaisirs : un bain, c’est tellement agréable de temps en temps (bon, moi j’ai une demi-baignoire, donc demi-eau 😄)! Et puis, ça serait vraiment une régression que de passer ses journées à faire des lessives et encore plus à la main ! Si déjà plus de gens avaient conscience de ce qu’ils consomment et produisent en déchets, ça serait déjà un progrès. Et pour ça, il faut montrer que l’écologie n’est pas une contrainte 😃.
      PS :toujours pas finalisé le challenge, je dois encore sélectionner les blogs dans la longue liste que j’ai dressé😊

Laissez un commentaire